Cette trop longue attente était un peu trop courte

J’avais rendez-vous chez le toubib tout à l’heure après le boulot.
Ayant eu le temps de repasser en vitesse à la maison, j’en ai profité pour embarquer un bouquin à lire, okazou.
Il me restait moins d’une cinquantaine de pages à lire pour le boucler quand l’infirmière m’a enfin appelé pour la préconsult…
(accessoirement, ça m’aura aussi permis de découvrir que la pharmacie ferme à vingt heures, et pas dix-neuf comme je le craignais)

Ce contenu a été publié dans Ma vie est un drame. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *