Y a quelque chose de pourri dans le monde d’aujourd’hui

M’demande comment ça se fait que, quand je garde trop longtemps des pommes de terre dans le placard sous l’évier de la cuisine, elles finissent toujours par pourrir.
J’ai pourtant retrouvé le ouéquande dernier au domicile parental un tampon à mes initiales que j’avais taillé dans une pomme de terre il y a sans doute pas loin de quarante ans. La peau en est certes fripée, mais la chair est toujours ferme et sans signe visible d’altération. Et ça m’étonnerait beaucoup que ce soit l’encre qui est restée dessus qui ait joué un rôle quelconque dans cette conservation sur plusieurs décennies…

Ce contenu a été publié dans Hors catégorie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *