Kro en résumé : Is It A Plane!?

Is It A Plane!?
The diceless, doodling comic book RPG
« Commander » Christopher Dean
Psychic Cactus Games
© 2018 Christopher Dean, Psychic Cactus Games
pas d’ISBN sur le bouquin, mais sous le code-barres de quatrième de couverture il est écrit 2 370009 280221

JdR dont le système de résolution repose sur des dessins

Le système de résolution d’Is It A Plane!? est donc basé sur des dessins (ou plutôt, des esquisses : les joueurs ont un temps limité pour les réaliser (et une taille de dessin limitée)) : en gros, le MJ expose la situation, les persos peuvent lâcher quelques dialogues qui aideront à comprendre ce qui sera dessiné, et on passe à la phase de gribouillage. Une fois le temps imparti écoulé, les dessins sont disposés et interprétés pour former une (ou plusieurs) planche(s) de l’histoire. Il y a quelques limites à ce qui peut être représenté (en particulier pour ce qui est des autres persos), et on ne peut pas écrire de dialogues dans les cases (mais on peut mettre des onomatopées). En gros (car le système n’est pas expliqué très clairement), chaque situation aboutissant à une (ou plusieurs) phase(s) de dessin a une jauge qui représente sa gravité, les actions des persos visent en principe à faire baisser cette jauge, et plus grande est la taille de la case, plus forte pourra être la baisse de la jauge (mais plus la case tient de place sur la page). Le nombre de pages est limité (22 pages pour un « numéro » ; sachant que certaines pages peuvent être bouffées par des passages de la partie sans dessins : c’est donc une notion assez artificielle ; et sachant aussi qu’un même scénario (voire une même partie) peut s’étaler sur plusieurs numéros, donc je vois mal à quoi sert d’avoir fixé une limite de 22 pages).

Le jeu est mal expliqué et son fonctionnement reste donc peu clair pour moi après lecture. En gros, c’est un jeu sans hasard : comme à Amber Diceless RPG, tout repose sur le pifomètre du MJ, la façon dont il va interpréter et quantifier ce que les joueurs auront dessiné. C’est quelque chose que je qualifierais de narrativiste, mais dont une partie de la narration passe par le dessin (et surtout par l’interprétation faite par la tablée de ce que représentent les dessins). C’est carrément original, mais c’est franchement anecdotique.
Je pense que ça me gonflerait assez vite. Je conçois le JdR comme basé sur la parole, et les phases collectives de dessin (chronométrées) me semblent provoquer des cassures dans le rythme, ce qui me semble gênant.

On nous dit en intro que le principe est applicable à n’importe quel genre susceptible d’apparaître dans les pages d’un comic. Il y a effectivement quelques considérations sur l’utilisation du jeu pour faire autre chose que du super-héros, mais elles ne sont pas vraiment convaincantes, le manuel étant clairement écrit pour du super-héros.

Le bouquin contient un scénario. Le MJ y est incité à faire ses descriptions comme s’il décrivait les planches d’une BD (avec la disposition des cases et les textes de narration), ce qui n’est pas très naturel (et m’a fait penser à Retrostar : de même que Retrostar était un JdR sur les séries de SF, et pas la SF des séries, ça me donne l’impression qu’Is It A Plane!? est un JdR sur les comics de super-héros, et pas les super-héros des comics (et le principe des 22 pages par numéro vient accentuer ce ressenti)).

Bref, une idée originale mais dont je peine à saisir l’intérêt, un jeu mal expliqué (je me demande quand même si une part de ce manque de clarté ne viendrait pas du fait que le concept serait insuffisamment élaboré). Une curiosité qui ne mérite pas qu’on en fasse l’essai.

Ce contenu a été publié dans JdR, Kros, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *