Notoriété onirique

Grosse activité onirique la nuit dernière.
Comme d’hab’, je n’ai plus que des souvenirs embrumés de celui à propos duquel j’avais pris quelques notes. Ça se passait à la table de la salle à manger du domicile parental, il y avait là (outre moi-même) Didier Guiserix et une autre personne (soit mon frangin, soit Frank Stora ; il aurait été plus logique que ce soit Frank, mais vous savez ce que c’est que la logique dans les rêves). Nous parlions bien entendu de JdR (je crois que Didier nous expliquait quelque chose qui concernait MEGA 5), quand le paternel a passé la tête par la porte, nous a regardés et m’a demandé :

Qui discute ?

« C’est Monsieur Didier Guiserix », lui ai je rétorqué, avec une emphase sur Monsieur qui a fait réagir le susnommé, qui m’a fait un « Rhôô »probateur (pendant que le paternel disparaissait du rêve).

« Ben quoi, tu t’appelles bien comme ça ? !
– Y m’connait pas !
– Il a ptêt vu ton nom sur Casus… »

Mais dans le monde éveillé, j’ai de gros doutes quant à cette possibilité : je ne me souviens pas que le nom de Didier Guiserix soit apparu sur la couv’ de Casus Belli première formule, qui est à peu près tout ce que mon père a dû voir de la revue…
(notez toutefois qu’il avait pu voir ce nom ailleurs, puisque c’était celui que j’avais donné au président du club de GN de ma ville Playmobil, et il me semble qu’à une époque mon frère avait affiché au mur la liste des noms de tous nos klickis)

Ce contenu a été publié dans Rêves, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Notoriété onirique

  1. Rappar dit :

    « le club de GN de ma ville Playmobil » ?! ;)

    • Imaginos dit :

      Je n’ai pas de figurines, par contre avec mon frangin on a beaucoup de Playmobils (et un peu de place chez nos parents) et j’avais fait un diorama géant d’une ville Playmobil (dont la plupart des bâtiments étaient en carton ou en polystyrène ; le tribunal était même en Lego). Et comme il fallait bien faire quelque chose du klicki croisé, dont le tronc était gris métallisé, et qui détonait quelque peu dans une ville contemporaine (plus que les cowboys, en tous cas), j’avais décidé que c’était une personne pratiquant le GN, ce qui expliquait son armure médiévale.
      À l’époque je n’étais pas très inspiré pour nommer les personnages secondaires, c’est comme cela qu’il s’est retrouvé baptisé ainsi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *