Ben alors, coco ?

Ne croyez surtout pas Maliki quand elle prétend qu’une noix de coco, c’est impossible à ouvrir.

De ma propre expérience sur spécimen venu directement d’Afrique par valise pas tout à fait diplomatique, une bonne scie égoïne est largement suffisante pour en venir à bout.

Évidemment, pour récupérer le lait proprement, c’est un peu plus délicat…

Bonus : une fois la chair mangée et l’intérieur de l’amande nettoyé et vernis, la noix de coco entourée de ses fibres et sciée en deux en son milieu fait un original récipient à glaçons.

Ce contenu a été publié dans BD, Faut s'en voir, Quand tu sais pas, tu m'demandes, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *