Comme un banc de saumons vers la frayère natale

Depuis que j’ai rendue publique l’annonce de mon prochain départ (ou, de mon point de vue, de mon prochain retour au pays), j’ai eu droit à des commentaires variés de la part de mes collègues.

Celui qui m’a le plus plu, venait d’une ancienne collègue mariée à un compatriote, qui m’a comparé au saumon qui revient sur son lieu d’origine…

Et vous comprendrez facilement je pense que le choix de l’animal n’était certainement pas anodin.

Ce contenu a été publié dans Elle est pas belle, la vie ?, On n'a pas des métiers faciles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.