Mieux vaut tard que jamais…

Ça y est, la direction se décide enfin à passer une annonce pour essayer de recruter quelqu’un pour combler la brèche ouverte par mon départ (ou plus précisément, pour remplacer ma Pupille, qui prendra quant à elle ma place).

Dans l’annonce, il est précisé que les candidatures doivent être envoyées pour le 20 mai (le poste étant à pourvoir au 15 juin).

Pour le 20 mai… soit même pas deux semaines de délai. Alors qu’ils savent depuis un mois que je fous le camp et que la situation adoptée pour me remplacer était pressentie (à défaut d’être officielle) depuis presque aussi longtemps.

J’ai décidément vraiment du mal à comprendre leur rapport avec les dates. Mais je leur prédis quelques difficultés de recrutement.

Sans compter le fait que, si je suis le premier cette année, je ne suis pas le seul à partir : un autre élément clé du dispositif a annoncé sa défection avant la fin de l’été. Et rien ne dit qu’il ne sera pas suivi d’autres départs, car la structure en sera d’autant fragilisée.

Je serais mon directeur, je commencerais à me faire du souci.

Ce contenu a été publié dans On n'a pas des métiers faciles, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.