Ces malades qui nous gouvernent

Hier, on apprenait qu’un hyperactif surmédiatisé avait fait un malaise vagal pendant « son jogging ».

En dehors du foin médiatique fait autour de l’incident, ce que j’en retiens personnellement, c’est qu’un guignol de plus de cinquante ans qui va courir en plein cagnard l’été ne connait rien à la course à pieds : ce genre d’efforts de longue durée, ça se pratique à la fraîche, soit le matin avant la chaleur, soit le soir.

C’est pourtant la base de la course à pieds, du moins dans ce cadre là.

De là à penser que cette passion sportive n’est que de la poudre aux yeux, il n’y a qu’un pas que je franchis allègrement, à petites foulées régulières.

Ce contenu a été publié dans J'm'énerve pas, j't'explique, Les cons, ça ose tout. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Ces malades qui nous gouvernent

  1. Vaken dit :

    Et qu’en plus il se prive de nourriture pour garder la ligne…

    J’avais bien failli également titrer sur sa perte de connaissance en disant qu’il n’en avait pas trop, mais on a démenti qu’il ait perdu conscience (ah bon, il en a une ? -ouf! l’honneur est sauf, j’ai quand même pu placer une vanne-).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.