Poches de résistance

Les tenues qui m’ont été fournies dans mon nouveau poste ont des pantalons dépourvus de la moindre poche.
Pas moyen d’y mettre les mains, donc (ce qui a beaucoup amusé quand ils l’ont appris mes anciens collègues, qui s’étaient amusés à agrafer les poches d’un de mes pantalons de travail il y a quelques années) ; mais surtout, absolument pas pratique, car je dois transporter au minimum mes clés et mon badge pour circuler dans l’usine, et je ne dispose pour ce faire que d’une unique poche à l’intérieur de ma marinière, relativement difficile d’accès, étroite, peu profonde et vite encombrée.

J’ai donc, avec l’accord de ma direction (au cas où ça impliquerait une éventuelle dépense supplémentaire) fait demander par la collègue qui gère les tenues de l’équipe qu’on me fournisse des pantalons avec poches (et qu’on fasse pareil pour elle, dont la plupart des pantalons sont également dépourvus de fouilles).

L’entreprise qui nous fournit et entretient le linge lui a déclaré que nos pantalons sans poche seraient remplacés par des pantalons avec poches.

Mais pour l’instant, si nos vieux pantalons à tous les deux ont bien peu à peu été retirés du circuit, nous attendons toujours les nouveaux. Malgré un nouvel appel cet aprème, où il n’a pas été possible d’obtenir des explications sur la disparition de nos fûtals, mais qui nous a permis d’apprendre que les nouveaux n’étaient pas encore arrivés (la période des vacances estivales a bon dos).

Demain, nous aurons donc une livraison de pantalons sans poche.

Mais comme elle se fera en courant de matinée, alors que nous commençons le boulot à des heures où bien des gens n’ont pas encore émergé… demain, je travaille en slip.

Ce contenu a été publié dans On n'a pas des métiers faciles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.