Call me call me any anytime

Aujourd’hui, vers midi et demie, j’ai reçu un coup de fil.

J’étais dans la cuisine en train de préparer la tambouille, et le temps que je m’essuie les mains, que je monte l’escalier en vitesse, que je fonce dans mon burlingue, que je coupe la zique qui sonorisait toute la casbah, et que je décroche… ça m’a raccroché au nez.

Je pense savoir quelle était la personne qui m’appelait (pas de chez elle, et je ne voulais pas rappeler là d’où je pense qu’elle appelait, au cas où mon intuition soit erronée) ; mais ce soir, pas moyen de la joindre…

Tout ça pour vous rappeler que quand vous téléphonez à la maison, laissez sonner longtemps.
La sonnerie du téléfon n’est pas forte (c’est fait exprès, c’est pour ne pas être réveillé pendant ma sieste), y a souvent de la musique qui peut la rendre difficile à détecter (d’autant qu’elle est émise juste à côté du téléphone), et je ne suis pas forcément à côté du poste ni même au même étage que lui.
Et si ça ne répond pas mais que vous pensez qu’il y a quelqu’un… rappelez trente secondes plus tard.

Ceci dit, le moyen le plus sûr pour me joindre est sans doute internet…

Quant à moi, je rappellerai demain.

Ce contenu a été publié dans Ma vie est un drame, Références cryptiques, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *