Les yeux dans les yeux

Comme je vous l’ai expliqué récemment en prenant l’exemple de la compile de Crystal Viper, je ne choisis pas ma musique en fonction de l’illustration de la jaquette.
Ce serait même parfois plutôt le contraire.

Ainsi, j’avais refusé de m’intéresser au groupe germano-norvégien Leaves’ Eyes, qui me paraissait n’être qu’un énième groupe de symphonic metal à chanteuse, dont le principal argument de vente semblait être ladite chanteuse, Liv Kristine, figurant comme élément central, blondeur éclatante et poitrine remontée, sur la jaquette de leurs différents albums.

D’autant que, y a pas à dire, Liv Kristine n’est pas mon genre de femmes… Ce n’était donc pas pour moi un bon argument commercial. Floor Jansen (du malheureusement défunt groupe After Forever) ou Lee Aaron par exemple auraient peut-être pu essayer de me vendre des disques même si je n’avais pas déjà su qu’elles faisaient de la bonne zique, mais pas elle.

Il aura donc fallu plusieurs années et surtout un commentaire quasiment dithyrambique d’une vague connaissance au sujet de leur nouvel album, Njord, pour que je me décide à jeter une oreille à la production de Leaves’ Eyes.

njord
Alors c’est certes effectivement un album fort écoutable, mais il ne fera pas partie des meilleurs de l’année.

Et finalement, leur meilleur album est leur tout premier, Lovelorn, le seul sur la jaquette duquel la poitrine de Liv Kristine n’est pas mise en avant.

lovelorn
Est ce une coïncidence ?

Ce contenu a été publié dans Zique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Les yeux dans les yeux

  1. Ping : L’actualité musicale | imaginos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *