Radioprotection

Cet aprème, j’avais rendez-vous chez le radiologue.

Comme c’était la première fois que j’y allais et que ça se passait dans un bled où je n’avais jusqu’à présent probablement jamais mis le pied (les roues, oui, mais le pied au sol, je n’en ai pas le moindre souvenir), je suis arrivé un bon quart d’heure en avance, ayant prévu large pour le temps de trouver où c’était et une place pour me garer.

Mais j’ai à peine eu le temps de m’asseoir dans la salle d’attente (bondée) et de lire une page (au format poche) du bouquin que j’avais emmené en prévision d’une longue attente, que ça a été mon tour.

Passer avec un quart d’heure d’avance sur l’heure de mon rendez-vous dans un établissement médical, je crois que c’est la première fois que ça m’arrivait !

La salle de radio était située en sous-sol, et je me faisais la réflexion que c’était bien pensé au niveau radioprotection… jusqu’à ce que je lève les yeux vers les vasistas des soupiraux laissant entrer un peu de la lumière de la rue.
Je ne pense pas que ce soit aux normes.

Du coup, en sortant, je suis instinctivement passé sur le trottoir d’en face.

Ce contenu a été publié dans Ma vie est un drame. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.