Tout dépend de la définition qu’on en donne…

Selon Terry Pratchett, Doctor Who ne serait pas de la SF.

Je pense qu’il doit en avoir une définition plus restrictive que moi.

Après, peut-être voulait il en fait dire qu’il ne s’agit pas de bonne SF.
Je ne suis pas un connaisseur du sujet (je parle de Doctor Who, pas de la SF), mais ça expliquerait peut-être les commentaires de plus en plus désabusés d’un Barbare de ma connaissance…

Toutefois, il semble qu’il apprécie le choix du nouveau compagnon du Docteur (ou en tous cas, celui de l’actrice qui l’incarne), si l’on en croit sa dernière phrase :

Besides he now has a kissogram girl for his sidekick, so things can only get better.

Ce contenu a été publié dans SF, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Tout dépend de la définition qu’on en donne…

  1. Vaken dit :

    Commençons par le principal : Terry Pratchett va toujours bien. Il a toujours toute sa tête, même si j’ai pu lire des commentaires de gens qui semblent penser le contraire sur des sites de fans du Docteur. Car non seulement le fameux timelord est omniscient et omnipotent, mais il ne peut être critiqué en aucune manière. On est clairement dans un problème de religion. Pratchett aurait donc raison.

    Sinon, par SF, j’ai plutôt l’impression qu’il entend « hard-science fiction ».

    Ma propre définition de la SF est illustrée dans ce billet (je me permets le lien vers mon propre blog) : http://grignak.blogspot.com/2010/03/science-fiction.html

    J’aurais tendance à rejoindre le père Pratchett sur le fait qu’on a un Docteur qui parle vite pour masquer des explications abracadabrantes et qu’on invente le bazar au fur et à mesure qu’on avance (c’est devenu la marque de fabrique de cette saison, avec des scénarios plus vides que précédemment).
    Pour le deux ex machina, par contre, je trouve que c’est plus étonnant. Pas que ça ne soit pas présent, mais parce que Pratchett semble apprécier Torchwood, et que la fin de la saison 3 est abominable de ce point de vue là.

    Sinon, « kissogram girl », euh, à la place de la demoiselle, je ne crois pas que je prendrais ça trop bien :)

    • Vaken dit :

      Et oops… ça m’a échappé, mais dans le 1er épisode, Amy Pond est effectivement une kissogram girl (ce qui explique l’uniforme, d’ailleurs).

      C’est moi qui devrait me tracasser de l’état de mon petit cerveau, je crois…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.