Tentation

Depuis ma mutation il y a presque deux ans, je me complaisais dans un érémitisme peinard, retranché dans mon usine et me rendant le moins souvent possible à des réunions, formations, assemblées et autres activités extérieures chronophages et bien souvent stériles.

Ce matin, on m’a proposé de participer à un groupe de travail national, dont les réunions se tiendront bien sûr à Paris.
C’est certes assez flatteur et valorisant de constater une fois de plus à quel point mes compétences techniques sont reconnues (même si là, je me demande si on ne voudrait pas me faire jouer au dessus de mon niveau réel), et il pourrait être intéressant, pour l’avenir de la profession, que j’ouvre ma grande gueule en haut lieu et que je parvienne à me faire entendre sur certains points.
Mais ça implique quand même que je bouffe un temps considérable en trajets, poireautages sur les quais de gare (pasqu’il est hors de question que j’aille à Paris en bagnole), sans parler des réunions elles-mêmes.
Et puis, aller à Paris ne m’enchante pas plus que ça, même si c’est une fois de temps en temps.
Sans compter que ça ne se fait sans doute pas de se pointer dans ce genre de réunions habillé comme je le suis habituellement (c’est-à-dire confortablement et fonctionnellement). Et j’ai pas franchement envie de passer des journées entières déguisé.

Bref, je me tâte.

Ce contenu a été publié dans On n'a pas des métiers faciles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *