En anglais, zh se prononce [j]

Ainsi, le maréchal Joukov voit son nom écrit Zhukov, et le docteur Jivago devient Zhivago. Ceci explique en particulier qu’à Traveller, les Zhodani soient parfois surnommés Joes par leurs ennemis impériaux.
Mais si je n’ai eu aucune peine à adopter la prononciation [j] pour la plupart des zh travelleriens (Zhakirov, Zhimaway et autres), il en est deux pour lesquels je n’ai pu me défaire d’une lecture « à la française » qui remonte à plus de vingt-cinq ans (à une époque où j’ignorais cette subtilité phonétique) : Zhunastu, et surtout Zhodani.
Pour le premier, c’est peine perdue : je trouve que ça sonne mieux en Zunastu qu’en Junastu, et je n’ai aucune intention de changer ma prononciation. Mais pour le second, j’utilise selon les moments l’une ou l’autre des deux prononciations.
J’ai donc été surpris ce soir, en réécoutant l’album Traveller de The Lord Weird Slough Feg, opéra-rock inspiré du JdR éponyme, de constater que dans le vers Chasing a rock into Zhodani space de la chanson High Passage/Low Passage, le hurleur Mike Scalzi prononçait bien zodani, et pas jodani. Si même les Américains prononcent à la française, pourquoi m’évertuer à essayer d’aller contre mes habitudes de jeunesse ?

Ce contenu a été publié dans JdR, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *