Réseaux sociaux

Je croyais en avoir parlé hier, mais j’ai manifestement oublié : j’ai recruté pour cet été la candidate trouvée grâce à mon (petit) réseau de relations. J’espère ne pas m’être trompé dans mon jugement (ça ne m’est jusqu’à présent arrivé qu’une seule fois dans un recrutement, l’été dernier, pour une candidature spontanée qui ne m’était pas arrivée par mon réseau personnel ni ceux de mes collègues, mais ça m’a quand même quelque peu échaudé).
En tous cas, la marraine de ma nouvelle recrue m’a encore assuré ce matin que j’avais fait le bon choix, et m’a même déclaré que j’allais être dégoûté de la voir partir à la fin de son CDD.
Si c’est à ce point là, ça me motive d’autant plus pour remettre sur le tapis directorial le fait que nous sommes à mes yeux en sous-effectif d’une personne, et que les amplitudes de chaîne ayant augmenté, nous sommes tous en excédents horaires, et que je n’ai aucun moyen de permettre à mes subordonnés de récupérer ces heures en trop (sans parler de mon propre cas, puisqu’ils ont visiblement décidé de m’empêcher de récupérer les miennes, mais ça, ça n’est pas nouveau). Même si je crains que ce soit insuffisant pour faire miraculeusement apparaître des crédits sortis du fond d’un placard ou de sous un tapis.

Ce contenu a été publié dans On n'a pas des métiers faciles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.