Et mon cul, c’est du poulet ?

Faisant mes courses hier, j’avais voulu acheter une barquette de filets de poulet conditionnés sous atmosphère protectrice (ben ouais, parfois ce n’est pas rentable de prendre un poulet entier…). Mais arrivant à la caisse, j’avais constaté au moment de poser l’objet sur le tapis roulant qu’un petit bout de bidoche dépassait du film de conditionnement, et que la barquette était par conséquent fuitée. J’avais déjà commencé à décharger le contenu de mon chariot, ça me faisait chier de tout ramasser pour aller procéder à un échange, j’ai donc laissé la barquette défectueuse en « tête de caisse » et suis parti sans.
Retournant cet aprème pour acheter une nouvelle barquette ainsi qu’une bricole oubliée hier, j’ai eu la relative mais mauvaise surprise de retrouver ma barquette d’hier, bien placée dans le rayon. J’avais pas le temps de jouer les cow-boys ou de faire un esclandre, je me suis donc contenté de la bouger de façon à ce que le « problème » soit mieux visible pour les autres clients (j’aurais peut-être dû percer carrément le film, mais c’est de plus en plus difficile à faire au doigt avec les nouveaux plastiques utilisés pour ce genre de choses, et rien ne dit que ça aurait empêché un client peu observateur ou trop inhibé d’acheter quand même le produit, qui pour le coup aurait été plus dangereux sanitairement parlant après avoir subi le contact de mes gros doigts et des germes aéroportés du magasin).
Ça en dit long en tous cas sur le peu de cas que la grande distribution fait de la sécurité alimentaire ; pasque si je veux bien admettre que le couillon qui a remis la barquette en rayon n’a pas vu qu’elle était fuitée, elle a quand même séjourné à température ambiante à la caisse pendant un certain temps : côté respect de la chaîne du froid, c’est mauvais, surtout à cette saison et surtout avec un produit aussi sensible microbiologiquement parlant que la viande de volaille (il est toujours possible qu’ils aient pris la température extérieure de la barquette avant de la remettre dans le circuit, mais j’ai de sérieux doutes à ce sujet)… Et j’imagine que si ça a été fait pour cette barquette précise, c’est arrivé d’autres fois. Et que les magasins concurrents ne sont pas plus sérieux.
Une raison de plus pour aller chercher mes produits frais dans le fond des rayons, même si ce n’est pas toujours pratique.

Ce contenu a été publié dans La bouffe, c'est sacré, Qu'est ce qu'on va devenir ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.