On a du boulot, mais on n’est pas pour autant aidés par l’encadrement

Ce matin, appel de la chef pour que je lui communique une information 1°) que je lui ai déjà communiquée et 2°) qu’elle pourrait trouver au siège auprès de la personne qui « archive » cette information.
J’étais pas dans le bureau, fallait rappeler ou envoyer un courriel, j’ai choisi la deuxième solution.
Deuxième solution qui a assez rapidement été suivie d’un nouveau coup de fil de la chef, pour ne pas dire grand-chose à part me demander de faire rapidement (et bien entendu, avant mes vacances) une paperasserie longue et fastidieuse dont je doute de pouvoir la faire avant la rentrée, surtout pendant cette période d’effectifs réduits (et d’autant plus qu’il serait préférable que je fasse ça avec l’aide de mon adjointe, qui elle est en vacances). J’ai plus ou moins botté en touche, sans dire que je ne le ferai pas dans les temps : pas la peine que ça remonte à des oreilles plus élevées, juste au moment où on a changé de directrice : j’aimerais autant éviter d’aller d’entrée de jeu vers une situation conflictuelle.

Ce contenu a été publié dans On n'a pas des métiers faciles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.