Accueillis à bras fermés

Fait un saut hier aprème à une convention de JdR. Enfin disons plutôt, pour reprendre la terminologie officielle, à une journée portes ouvertes d’un club de JdR.
Portes ouvertes, peut-être. Mais c’était bien tout.
Personne ne nous a accueillis, ni même simplement salués, quand on s’est pointés dans la salle (terriblement bruyante). On s’est donc posés dans un coin et on a commencé une petite partie, quand les orgas sont arrivés, sans nous dire bonjour, nous ont fait lancer un dé sur une table d’emmerdements, et ont décidé suite au résultat du jet de nous enlever la table de jeu.
Vous avouerez que comme accueil, on a fait plus chaleureux, surtout si leur but était de recruter de nouveaux adhérents (ce qui n’était pas notre cas, mais ils ne pouvaient pas le savoir).
À ce moment là, ça m’a un peu gratté d’ouvrir ma gueule pour dire à ces connards ce que je pensais de leur façon de faire et leur reprendre la table, mais je me suis retenu, par égard pour les autres membres de la tablée et le sympathique couple de spectateurs (par ailleurs, sans la table nous avons pu nous rapprocher les uns des autres et moins mal nous entendre dans le brouhaha ambiant). Mais vu que la partie a rapidement tourné court, après le départ impromptu du joueur étranger à notre bande et rencontré sur place, on a fini par foutre le camp une fois que le couple de spectateurs a quitté la salle pour aller vaquer à d’autres occupations. Ce qui me fait d’autant plus regretter de ne pas m’être exprimé que le camarade avec lequel je covoiturais avait pensé la même chose que moi.
Bref, une après-midi stérile. Le seul point positif est que du coup, nous sommes repartis avant l’expiration du ticket d’horodateur. Mais ça ne valait pas le coup de se taper deux ou trois heures de bagnole et la circulation en ville pour si peu.
Je me demande pourquoi il y a tant de connards à la tête d’associations en rapport avec le JdR, un loisir pourtant censé être convivial…
M’demande aussi pourquoi ils ont appelé ça une journée portes ouvertes. Je pense que ça voulait dire que si on voulait foutre le camp, ils ne nous retenaient pas. Mais ils auraient mieux fait de fermer lesdites portes pour nous empêcher de rentrer.

Ce contenu a été publié dans Les cons, ça ose tout. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Accueillis à bras fermés

  1. 賈尼 dit :

    Je me demande pourquoi il y a tant de connards à la tête d’associations en rapport avec le JdR
    Les rôlistes français de type un peu institutionnel seraient-ils tout simplement de gros cons ? J’ai globalement de mauvais souvenirs de toutes mes tentatives de portes ouvertes, jeux en convention ouverte, bars à rôlistes, etc. ; je persiste donc à jouer au sein de mon excellent cercle fermé d’amis.
    Note que je ne pense pas être en cause puisque ça se passe toujours très bien avec des Allemands, des Hollandais ou autres Anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.