Mais c’est chez qui, ici, à la fin ?

En principe, c’est chez moi (ou plutôt chez ma banque pour « quelques » années encore) ; mais tout à l’heure en fermant les volets, j’ai trouvé deux des chats qui occupent le jardin (dont celui qui vient chier sur mes salades) juste devant la porte, au ras de la terrasse. Et mon arrivée n’a pas vraiment eu l’air de les déranger, puisqu’ils se sont contentés de me fixer sans faire mine de se sauver.
Je ne serais pas surpris de les retrouver un de ces jours tranquillement installés sur un canapé si je laissais la porte ouverte…
J’ai fait deux nouveaux rangs de semis cet aprème : j’espère qu’ils ne vont pas trop gratter dedans, pasque pour les salades, elles sortent certes, mais en ordre bien plus dispersé que la normale.

Ce contenu a été publié dans Elle est pas belle, la vie ?, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.