Quête terminée

Quand je suis arrivé sur internet à la fin du siècle dernier, j’espérais y trouver plein de choses en n’ayant qu’à me baisser pour les ramasser, en particulier les quatre tomes du cycle du Chtorr de David Gerrold, jamais traduits en français, épuisés et introuvables même dans les librairies anglophones, même celles spécialisées dans la SF (à l’époque, les grosses librairies en ligne et les sites de vente de bouquins d’occase n’existaient pas).
Évidemment, j’ai cherché en vain (j’ai par contre réussi à me procurer les bouquins, d’occase, quelques années plus tard, grâce à une bonne âme qui s’était chargée de me les commander).
Ce soir, j’avais besoin d’une info se trouvant quelque part dans l’un des tomes ; mais, peu désireux de me repalucher 1.600 et quelques pages écrites petit en anglais sans illustration, j’ai cherché sur internet s’il n’existait pas un résumé des romans, qui m’aurait permis au moins de réduire mon feuilletage à un seul des quatre tomes.
Eh bien, figurez vous que mes mots-clés m’ont mené tout droit sur un site russe sur lequel on peut visiblement lire à l’œil ou télécharger à divers formats le contenu des quatre bouquins (entre autres ouvrages). Je ne suis pas certain que ce soit du texte intégral, toutefois, car j’ai regardé la fin des deux premiers tomes, que j’avais justement posés sur mon bureau en prévision d’une longue et fastidieuse recherche, et les dernières phrases ne correspondent pas à celles des bouquins. Mais il y en aura peut-être quand même suffisamment pour m’éviter de longues heures de recherche…
Et donc, j’avais bien raison dès le début au sujet d’internet : il suffisait tout simplement d’attendre un peu.

Ce contenu a été publié dans Elle est pas belle, la vie ?, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.