Théorie et pratique

Suite des péripéties de mon recrutement estival…

On en est, sauf oubli de ma part, à sept CV reçus. Franchement, je m’attendais à plus.

Sur ces sept CV, deux avaient déjà une expérience professionnelle sur le boulot pour lequel on recrute. Mais ce sont les deux que j’ai écartés en premier :
-l’un comme je vous l’ai expliqué hier, car la candidate avait donné toute insatisfaction l’été dernier dans l’usine d’à-côté, où la cadence de chaîne est bien moindre, donc le travail plus facile : si elle n’était bonne à rien là-bas, ça sera pire à une cadence quatre à six fois plus élevée.
– l’autre, qui avait déjà postulé chez nous l’année dernière, et que j’avais écarté pour le même genre de raisons.

J’en ai mis deux autres sur la touche, car les profils des candidats ne me paraissaient pas convenir.

Il m’en restait donc trois, que j’ai appelés tous les trois ce matin pour leur fixer des entretiens d’embauche. Une viendra lundi matin, les deux autres (qui sont aussi les deux les plus intéressants sur le papier) sont passés aujourd’hui.
Je pensais avant de les rencontrer que le choix serait une simple formalité, car il y avait quand même un CV qui était nettement meilleur que tous les autres. Mais une fois en face des candidats (que j’avais fait venir séparément, c’est pas une compétition), mon ressenti humain a été à l’inverse de ce que j’avais pensé des CV.
Je persiste à penser que l’un des CV est beaucoup plus intéressant que l’autre, et je considère que de toutes façons, pour ce dont je peux juger avec aussi peu d’éléments, l’un comme l’autre des postulants serait un choix acceptable ; mais j’ai l’impression que c’est l’outsider qui ferait le mieux l’affaire.
On verra lundi ce que donnera le troisième entretien, mais la décision sera bien moins facile que ce à quoi je m’attendais.
Le bon côté des choses est que le poste devrait être pourvu. À moins que le candidat ou la candidate retenu(e) ne nous fasse le même coup que celle qui était initialement prévue ; ce dont nous ne sommes pas à l’abri tant que le contrat n’a pas été signé.

Ce contenu a été publié dans On n'a pas des métiers faciles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.