Wesley et le haricot magique

Mongoose vient de sortir un nouveau supplément pour la version RTT de 2300 AD : intitulé Libreville – Corruption in the Core Worlds, il s’agit probablement d’une reprise du vieux supplément GDW Rotten to the Core, qui décrivait justement cette ville.
J’attendrai la version papier (annoncée pour décembre, donc probablement pas avant 2015) pour me le procurer et pouvoir vous en dire plus, mais je n’ai pu manquer de remarquer que, pour une fois, l’auteur n’était pas l’incontournable Colin Dunn, mais un certain Wesley Street, inconnu au bataillon. Par contre, l’auteure de Rotten to the Core, Julia Martin, n’est créditée nulle part : est-ce encore un exemple où un nain juché sur les épaules d’un géant (d’où le subtil quoique hermétique titre du présent billet, que Rappar va encore se plaindre de n’avoir pas saisi) s’attribue tout le mérite du travail de ce dernier, ou s’agirait il finalement d’un boulot 100 % original ?
La dernière solution me surprendrait ; mais on ne sait jamais, après tout…

Ce contenu a été publié dans JdR, Références cryptiques, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *