On recherche bénévoles hautement qualifiés pour travail temporaire

C’est un peu l’impression que j’ai suite au débriefing par mon ancien suppléant de son entretien téléphonique avec la chef de service : non seulement on ne lui propose que de faire un dépannage d’ici à la fin de l’année (alors qu’on nous avait laissé miroiter une réembauche durable), mais ça serait payé des clopinettes : moins de cinquante brouzoufs brut par jour pour un boulot hautement qualifié, c’est quelque part entre le foutage de gueule, l’obscénité, le mépris et l’insulte.
Autant dire qu’à ces conditions, et même s’il a réservé sa réponse jusqu’à la semaine prochaine, il ne pourra que refuser. Ce que pour ma part j’aurais déjà fait à sa place.
Et donc, mon remplacement pour dans trois semaines se présente fort mal. Je me demande s’ils ne vont pas me demander de décaler mes congés…
On a une réunion au siège la semaine prochaine. Je pense que ça risque d’être tendu. Je vais ptêt même y aller en rangers, ça m’aide à rester calme, comme j’avais déjà eu l’occasion de l’expliquer ici-même pour des raisons voisines.

Ce contenu a été publié dans On n'a pas des métiers faciles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.