Kro en résumé : Odyssey

Odyssey
The Complete Game Master’s Guide to Campaign Management
Phil Vecchione & Walt Ciechanowski
Engine Publishing
ISBN 978-0-9836133-3-6
EGP42004
© 2013 Walt Ciechanowski & Phil Vecchione
209 pages

Recueil de conseils pour gérer une campagne de JdRodysseyOn parle ici de gérer une campagne de JdR, pas de la faire jouer, car les auteurs distinguent la campagne des parties qui la constituent : on fait jouer (run) des parties (y compris dans une campagne), mais on gère (manage) la campagne en elle-même.

Le bouquin s’organise principalement en trois grandes parties : comment lancer une campagne ; comment gérer une campagne (ce qui se fait en gérant cinq éléments : l’histoire, les persos, les joueurs, les risques (qui sont liés aux choix faits par le MJ concernant sa campagne), et les changements (c’est-à-dire en gros tout le reste de ce qui est imprévu)) ; comment mettre fin à une campagne (prématurément ou non, définitivement ou non (et dans ce dernier cas, comment la redémarrer)).

C’est intéressant, mais ça m’a quand même donné l’impression d’être en grande partie un recueil de choses que j’applique déjà de façon le plus souvent informelle (ou qui ne sont pas applicables dans les conditions dans lesquelles je fais jouer). Ce qui ne veut d’ailleurs pas dire que je ne pourrais pas bénéficier de les appliquer un peu mieux, ou de façon plus formalisée. Il y a aussi là-dedans des choses que j’ai apprises sur le tas en me plantant, et qui m’auraient peut-être évité certaines déconvenues si je les avais connues avant de les découvrir comme je l’ai fait. Et puis à l’occasion, il y a (mais pas beaucoup) des choses dont je me suis dit « tiens, c’est une très bonne idée, pourquoi n’y avais je pas pensé moi-même jusqu’à présent ? ».

Ce qu’il n’y a pas, c’est des explications sur comment structurer une campagne en plusieurs scénarios, comment créer et faire évoluer un arc scénaristique sur plusieurs scénarios, comment gérer plusieurs arcs simultanément, ce genre de choses.

Bref, une lecture intéressante, mais qui laisse au final le sentiment d’être un peu légère, du moins pour quelqu’un qui a déjà pas mal de bouteille. Pour le néophyte, c’est sans doute nettement plus utile, à condition qu’il ne se perde pas à tout vouloir mémoriser et appliquer d’un coup.

Ce contenu a été publié dans JdR, Kros, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.