Œuvres de jeunesse

Je suis retombé il y a quelques temps sur les notes de la deuxième campagne de mon JdR de SF maison, dont les plus anciennes datent de 1987 (la campagne n’a pas continué après 2000, mais elle n’est pas officiellement abandonnée pour autant). À l’époque de ces premières notes, je n’avais que quelques années de JdR au compteur, j’avais quelques décennies de moins qu’aujourd’hui, et j’avais somme toute très peu de matos « du commerce » dans lequel puiser pour alimenter mes parties (ce qui m’amenait à faire feu de tout bois en cannibalisant après des modifications plus ou moins poussées tout ce que je pouvais exploiter, intégrant au chausse-pied dans ma campagne des scénarios pas exactement écrits pour ce type de SF (voire carrément pas SF) et des trucs auxquels je n’accorderais plus aujourd’hui qu’un regard condescendant avant de les cataloguer comme trop médiocres pour justifier qu’ils apparaissent à ma table).
À l’époque aussi, j’avais moins de facilité qu’aujourd’hui à pondre des scénarios ex nihilo (en partie pasque je faisais plus ou moins un complexe d’infériorité (qu’avec le recul je trouve complètement injustifié ; mais j’étais jeune et inexpérimenté…) devant les scénaristes publiés).
Pour toutes ces raisons, publier mes créations des années ’80 ne présenterait pas un gros intérêt : il s’agit principalement d’adaptations de scénarios publiés par d’autres, de scènes calquées sur des textes de SF plus ou moins connus, et d’éléments taillés sur mesure pour les persos de la campagne. Mais j’ai quand même retrouvé dans tout ça un truc vaguement publiable : il s’agit d’un scénario basé sur la nouvelle de Robert Sheckley L’homme minimum (en V.O. The Minimum Man). Évidemment, le scénar colle fortement à la nouvelle (je pense même que certaines phrases ou expressions en sont reprises telles quelles), et est de ce fait, non seulement pas vraiment original, mais également relativement linéaire, puisque je n’avais pas prévu d’alternatives aux choix faits par le héros de Sheckley. Il est aussi très daté au niveau du matos mis à la disposition des persos. Mais, moyennant un léger dépoussiérage (du matos, en particulier) et un avertissement liminaire pour le replacer dans le contexte de son époque, ça ferait finalement un scénar correct pour Expendables, par exemple. Je compte donc le mettre en ligne à l’occasion d’une prochaine mise à jour de mon site.
Ce qui est dommage dans cet épisode archéorôludique, c’est qu’à l’époque, personne n’avait fait de compte-rendu de partie. Or il y avait eu par rapport au texte que j’ai exhumé quelques improvisations dont je n’ai plus que des souvenirs embrumés et à propos desquelles j’aurais aimé me rafraîchir un peu la mémoire… Par exemple, les « taupes » (de la nouvelle et) du scénario avaient (pour des raisons sans doute trop faciles à comprendre avec le recul) été baptisées choudmèles, comme en atteste l’une des feuilles de perso mentionnant un score de 45 % en lire et écrire leur langue.
Je me demande s’il y a d’autres trucs que je pourrais ressortir parmi ce que j’ai fait jouer au siècle dernier avant l’ouverture de mon site… Faudrait que je fasse quelques fouilles dans mes monceaux de notes accumulées. En outre, je sais qu’il y a des tonnes de trucs à peu près publiables (moyennant quelques retouches et ajouts) parmi ce que j’ai écrit (ou ébauché) sans avoir l’occasion de le faire jouer : tout un arc de la campagne en question, par exemple. Mais j’ai tellement de trucs en projet à publier que ça m’étonnerait beaucoup que tout ça sorte un jour… Hélas.

Ce contenu a été publié dans JdR, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Œuvres de jeunesse

  1. FaenyX dit :

    Régulièrement, je fais de l’archéologie dans mes vieux scénarios, aides de jeu et notes, celles d’un autre siècle (d’un autre millénaire, d’ailleurs), avec un mélange de nostalgie et de honte (parce que certains trucs étaient vraiment pas terribles). Il faudrait que j’en exhume certains…et que je détruise les autres ;-)
    Mais le fait est que je pense également avoir progressé dans l’écriture de scénarios.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *