Dix de der, set et match

Prenant les informations à la radio ce matin, j’entends le type-qui-cause-de-tennis-dans-le-poste déclarer au sujet des carrières respectives des sœurs Williams :

plus de vingt ans de carrière, à cheval sur trois décennies

La deuxième partie étant énoncée sur un ton montrant clairement qu’il s’agit de quelque chose d’exceptionnel.
Pourtant, j’ai beau tourner les choses dans n’importe quel sens, plus de vingt ans de carrière, je ne vois pas comment ça pourrait faire autrement qu’être à cheval sur trois décennies (au moins ; mais on n’évoquera pas la possibilité d’une carrière discontinue), puisqu’une décennie ne compte par définition « que » dix ans.
Si encore le type avait déclaré « à cheval sur deux siècles », ou « à cheval sur deux millénaires », considérer ça comme exceptionnel aurait (vaguement) pu être justifié. Mais là, c’était un pur pléonasme.
Pour se consoler, on peut toujours s’estimer heureux qu’il se soit exprimé en français : après tout, il aurait aussi pu, comme le font bien trop de gens de nos jours, employer le faux-ami décade (qui en bon français désigne une durée de dix jours) à la place de décennie.

Ce contenu a été publié dans Perles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *