L’art, ça sert à rien, c’est bien connu

Tenté ce midi d’expliquer à une (potentielle) future consœur (encore au collège pour l’instant) à quel point elle avait tort de déclarer péremptoirement que le cours d’arts plastiques, qu’elle n’apprécie visiblement pas du tout, ne lui servait à rien pour la profession à laquelle elle se destine. J’ai pris un argument professionnel qui me paraissait pourtant fondamental, mais je suis loin d’être certain de l’avoir convaincue. J’aurais sans doute mieux fait d’évoquer l’importance cruciale que le dessin allait prendre dans ses études futures, ça lui aurait peut-être plus parlé que les aspects techniques d’un métier dont elle n’a à son âge qu’une vision idéalisée (et inévitablement, fortement incomplète).
Mais je n’ai pas l’impression qu’à cet âge d’affirmations péremptoires, on accorde beaucoup de crédit à l’expérience de ceux qui sont pourtant passés par là avant.
(accessoirement, j’ai du mal à imaginer qu’un gamin normal puisse ne pas apprécier la matière en question ; mais comme je l’expliquais ici au début du mois, je ne comprends décidément plus les jeunes)

Ce contenu a été publié dans J'm'énerve pas, j't'explique, On n'a pas des métiers faciles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.