L’autre côté de la rue est trop loin, et traverser est trop fatigant

Suite du feuilleton de mon recrutement d’automne : j’ai reçu ce matin (et fait affaire avec) une personne recommandée par la benjamine de mon équipe. Sauf revirement de sa part, le poste vacant devrait donc être pourvu, avec juste une semaine de retard. On va avoir un problème pour l’habiller, pasqu’elle est un peu hors norme comme gabarit, mais à part ça, et en espérant qu’une fois sur le terrain elle fasse l’affaire, on s’en sort finalement pas trop mal.
La direction n’a fait aucune difficulté pour me suivre dans ma décision de ne pas poursuivre plus avant avec la fantomatique recrue qu’ils nous avaient trouvée et pour la remplacer par cette nouvelle candidate. Mon équipe n’a pas manqué de relever qu’en faisant les choses nous-mêmes, on avait réussi en 24 heures, alors que le recrutement effectué par le siège n’avait abouti à rien. Je me garderai bien de la ramener autant qu’eux à ce sujet, car on a quand même eu beaucoup de chance sur ce coup ; et puis faudra voir ce qu’elle va donner au boulot, de toutes façons.
Ça, c’était en début de matinée. En fin de matinée, l’adjoint de la cheffe a fini par avoir des nouvelles de la personne qui nous a fait faux bond : elle lui a envoyé un texto pour lui dire que son problème de voiture n’était toujours pas résolu, que personne ne pouvait lui en prêter une, qu’elle n’avait pas les moyens d’en louer une, que de toutes façons l’usine était loin de chez elle, qu’avec un CDD elle serait sur un siège éjectable, et que finalement on ferait mieux de trouver quelqu’un d’autre. Merci, on avait remarqué (et on n’avait donc pas attendu). Mais ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi, si elle n’avait pas envie de travailler chez nous, elle avait postulé (d’autant qu’à la base elle avait postulé pour un poste équivalent dans une autre usine, encore plus loin de chez elle), pourquoi elle avait accepté le poste (sachant très bien qu’il était loin de chez elle ; alors qu’au téléphone quand elle avait pris rendez-vous pour visiter, elle m’avait déclaré pouvoir se loger sur place), et pourquoi elle n’a pas prévenu plus tôt, au lieu de disparaître dans la nature pendant deux jours. Et accessoirement, si elle croit vraiment être recrutée quelque part en CDI d’entrée de jeu.
Bref, pour moi elle n’a aucune envie de travailler, du moins dans des conditions conformes à la réalité du marché du travail actuel. Rappelons quand même que le poste proposé est (un peu) mieux payé que le SMIC, pour seulement quatre jours travaillés par semaine, débutants acceptés. M’étonnerait beaucoup qu’elle trouve mieux ailleurs. Mais de toutes façons, je ne suis pas convaincu qu’elle va chercher…

Ce contenu a été publié dans On n'a pas des métiers faciles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *