Horaires sélectifs

Ayant rempli hier deux grands sacs de branchages divers (suite à la casse due à l’épisode neigeux de la semaine dernière, qui a fait tomber chez moi de grandes branches des arbres du voisin de derrière et eu raison d’un petit cerisier aigre déjà fort mal en point), je voulais les porter à la déchetterie ce matin. J’avais prévu d’y aller en toute fin de matinée, et d’aller faire mes courses dans la foulée, ce qui ne me faisait sortir qu’une fois de chez moi. Mais en arrivant devant le portail de la déchetterie, je l’ai trouvé clos, avec un écriteau indiquant qu’exceptionnellement ce 9 novembre, elle serait fermée à 11h30 (au lieu de 12h en temps normal) et ne rouvrirait qu’à 15 heures. À un quart d’heure près, j’aurais été bon… Tant pis.
Retour à la case départ pour décharger les deux sacs avant d’aller faire les courses (ça aurait tenu quand même, mais je préférais avoir mon rétro intérieur dégagé au cas où j’aurais eu à manœuvrer sur le parking, les gens se garent un peu trop souvent n’importe comment). Puis j’ai chargé à nouveau le Tonnerre mécanique et l’ai laissé dans la cour, prêt à ressortir cet aprème.
J’ai attendu 15h20 environ avant de retourner à la déchetterie : je prévoyais un embouteillage si j’étais arrivé pile à la réouverture. Mais l’embouteillage était bien là… devant le portail toujours fermé. Là, ça commençait à ne pas m’arranger : j’avais encore des trucs à tailler dans le jardin, j’aurais bien eu besoin de mes deux sacs. Tant pis, je suis rentré et j’ai commencé à remplir mon troisième (et dernier) sac.
Au bout d’une heure, il s’est mis à pleuvoir un peu trop fort pour pouvoir continuer à travailler confortablement. J’ai donc décidé de retourner à la déchetterie. Elle était toujours fermée, il y avait toujours la queue devant. Là, je me suis dit que ça ne valait pas le coup de faire une quatrième tentative (la fermeture étant théoriquement prévue à 17 heures en cette saison), je suis rentré et j’ai à nouveau déchargé le Tonnerre mécanique avant de le rentrer au garage (et moi à la maison). Je ferai une nouvelle tentative à l’occasion, mais pas demain.
Mais parmi les véhicules qui poireautaient devant le portail lors de mon dernier passage, j’ai eu l’impression que certains y étaient déjà une heure plus tôt. M’demande s’ils y sont encore à l’heure où je tape ça…
(et tout ça est assez significatif du point auquel nos sociétés consuméristes modernes sont dépendantes de la bonne organisation de l’évacuation de nos déchets…)

Ce contenu a été publié dans Ma vie est un drame, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *