Kro en résumé : Reign of Discordia

Reign of Discordia
Interstellar Adventure in the Ruins of Empire
Darrin L. Drader
Reality Deviant Publications (2009)
ISBN 978-1-907218-35-4
MGP 6157
168 pages

Supplément de contexte non-OTU pour la première édition de Rikki-Tikki-Traveller, décrivant un contexte faisant suite à l’effondrement d’un grand État interstellaire

À l’origine, Reign of Discordia (RoD) était un supplément *.pdf paru en 2008 pour la variante True20 du D20 System.

Côté forme, il y a des coquilles (et jusque sur la carte stellaire qui est en pages de garde, sur laquelle les noms de trois mondes (sur 54) sont mal orthographiés). Le paragraphe en fin de page 64 correspond en réalité au début du chapitre suivant. L’index ne renvoie pas aux bonnes pages pour les quelques entrées que j’y ai cherchées (il y avait un décalage de deux pages).
J’ai aussi repéré des problèmes avec les populations indiquées dans la description des différents mondes : par exemple, la Terre, décrite comme densément peuplée, n’a que 11.792.600 habitants…
Les caracs des vaisseaux mentionnent des jump drives, mais la technologie plus vite que la lumière de RoD n’est pas basée sur le moteur de saut travellerien (et est par ailleurs beaucoup plus performante). Du coup, on n’a aucune idée des capacités réelles de ces appareils…
Les légendes des plans des plus gros vaisseaux sont tellement petites qu’elles en sont complètement illisibles.
Tout ça fait beaucoup de problèmes pour un seul supplément.

Côté fond, on est en 2690, quelques années seulement après que l’Imperium Stellaire, un État interstellaire rassemblant plusieurs espèces pensantes, dont les Terriens, se soit effondré suite aux attaques d’une autre espèce ET belliqueuse : cette époque est baptisée le Règne de la Discorde.
Le contexte est décrit dans ses grandes lignes.
On peut jouer les sept principales espèces pensantes décrites (dont les humains, évidemment), mais en termes de jeu les différences se cantonnent principalement à des bonus / malus à certaines caracs.
La technologie est un peu plus « superscience » qu’à Traveller. Il y a plus de cinquante pages de vaisseaux (avec caracs et plans).
Il y a un scénario (un de ces scénarios dans lesquels les PJ se trouvent au mauvais endroit au mauvais moment, et qui part du postulat que, se voyant tendre un objet par un PNJ mourant qu’ils ne connaissaient absolument pas, ils vont le prendre et l’apporter à un autre PNJ, conformément aux dernières volontés du défunt ; chez moi ce genre de choses, ça ne prend plus vraiment).

RoD m’intéressait comme étant un exemple de contexte avec une grande puissance interstellaire qui s’est effondrée et dont les survivants essaient de remonter la pente ; mais c’est pas franchement ça. Certes, il y a effectivement un empire qui vient de s’effondrer, mais les conséquences ne sont pas si graves que ça, ou en tous cas on n’a pas réellement à la lecture le sentiment d’un contexte post-effondrement dramatique.
Un supplément décevant, que je ne puis assurément pas vous recommander.

Ce contenu a été publié dans JdR, Kros, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *