C’est dans les yeux

Repas de l’Amicale ce midi (avec autant d’anciens que de membres actifs). La consœur qui est désormais la plus ancienne en activité (bien qu’elle soit arrivée des années après moi et qu’elle ait probablement une demi-douzaine d’années de moins que moi ; c’était d’ailleurs la benjamine de l’assemblée) parlait de sa future nouvelle cheffe, en expliquant comment elle s’était présentée lors de la visite de l’usine et en insistant sur sa tenue vestimentaire (talons hauts et vêtements moulants), complètement inadaptée au terrain (et à une prise de contact). Et elle déclarait, avec un brin d’envie dans la voix peut-être, que c’était vraiment une belle femme.
Il se trouve que je connais cette personne, puisque nous sommes de la même promotion. Mais, même si elle était plutôt mignonne à l’époque, je doute que, quelques décennies s’étant écoulées depuis la dernière fois que je l’ai vue, et encore plus avec une tabagie qui n’a pas baissé, elle se soit embellie. Et par conséquent, qu’elle soit plus jolie que la collègue qui en parlait (et qui a fort bien négocié le passage de la quarantaine, au moins sur ce plan).
J’aurais bien fait un commentaire en ce sens, mais comme c’était moi qui avais lourdement insisté pour que le repas soit organisé de telle sorte qu’elle puisse y participer, je me demandais si ça ne risquait pas d’être mal interprété (sans compter que les autres membres de la gent féminine risquaient de ne pas forcément bien le prendre). Mais si j’avais à choisir entre les deux, il n’y aurait pas photo (et pas seulement sur des critères physiques, mais c’est un autre sujet).
M’demande quand même vraiment pourquoi quelqu’un qui ne peut pas ignorer comment elle est perçue par les autres peut se sentir à ce point en situation d’infériorité dans un cas comme ça…

Ce contenu a été publié dans On n'a pas des métiers faciles, Références cryptiques, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.