Sous le radar : Top Runner

J’avais décidé d’arrêter de suivre la production de la guitariste japonaise Rie a.k.a. Suzaku après son maxi de 2016 Seven Seas : je trouvais qu’elle avait du mal à se renouveler sur le long terme et qu’elle faisait un peu toujours la même musique. J’ai donc fait l’impasse sur un maxi en 2017, Don’t Hide Your Face, puis sur un album cette année, Top Runner. Mais comme j’ai eu l’occasion d’y jeter une oreille quand même, je l’ai fait.

Eh bien, je ne m’étais pas trompé : c’est bien son son habituel, c’est bon, mais c’est aussi un peu la même chose que sur ses précédents disques ; et c’est d’autant plus répétitif que c’est un album purement instrumental.
Mais n’empêche que j’aime bien quand même, et que quelque part je me demande confusément si j’ai bien fait d’arrêter de la suivre…
Extraits :

Ce contenu a été publié dans Zique, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.