Conduite intérieure

Dû faire un déplacement avec la voiture du boulot tôt ce matin.
Elle n’avait pas tourné depuis quelques semaines, et il gelait encore assez fort. J’ai donc commencé par gratter les vitres avec le grattoir tout neuf que la direction nous a payé (au passage, pourquoi font ils des grattoirs avec un côté pas pratique plus large que le côté pratique ?). Puis j’ai voulu prendre la route.
Sauf que presque immédiatement, je n’y ai plus vu grand-chose, et que plus ça allait, moins j’y voyais. J’ai dû m’arrêter sur le tout premier parking sur le trajet (et quelques centaines de mètres dans ces conditions, c’est LONG) : le pare-brise gelait à l’intérieur. Malgré le chauffage à fond.
Je n’avais jamais vu ça…
Le joint d’une des vitres avant est défectueux, donc j’imagine que le froid (et éventuellement l’humidité) est mieux rentré que dans une voiture « normale », qu’il restait des points de givre à l’intérieur quand j’ai démarré, et que la glace s’est reformée autour…
Quoi qu’il en soit, ça fait un drôle d’effet. J’espère que ça ne m’arrivera plus, d’autant que je vais avoir besoin de reprendre cette bagnole plusieurs fois cette semaine. En principe ils annoncent moins froid, mais on ne sait jamais.
Va aussi falloir que je prévienne mon adjointe, qui a un déplacement prévu la semaine prochaine…

Ce contenu a été publié dans On n'a pas des métiers faciles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Conduite intérieure

  1. Miod dit :

    J’ai eu jusqu’à il n’y a pas si longtemps une voiture dont le joint du pare-brise s’était fendu et se détachait par grande vitesse et fort vent latéral ; c’était toujours une joie de le remettre en place lorsque cela se produisait.

    Et bien sûr, quand il gelait, je devais gratter les deux côtés du pare-brise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *