Moronavirus

Ceci m’a amusé.
On ne peut pas en dire autant des réactions de nos congénères dans la vraie vie du monde réel. Parait que le rayon huile d’une des GMS locales a été vidé, et quand j’ai fait mes courses hier, celui du chocolat avait pris une sacrée calotte, au point que je n’y ai pas trouvé ma marque habituelle (et suis donc reparti bredouille) : je ne pensais pourtant pas que c’était considéré comme un produit de première nécessité…
Et la suspicion sur une de mes collègues n’a finalement pas été retenue par le corps médical. Rester deux semaines pépère à la maison ne m’aurait pourtant pas déplu…

Ce contenu a été publié dans Ma vie est un drame, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *