Ils ont bon dos, les copyrights

Je ne sais plus si je l’avais déjà évoqué ici : il y avait un projet de publication d’un Expanded Tékumel Sourcebook, qui aurait complété le contenu du Tékumel Sourcebook avec un maximum d’infos fournies au fil du temps par M.A.R. Barker lui-même. Le résultat promettait d’être maousse, mais ses auteurs (ou plutôt, ses compilateurs) viennent d’annoncer qu’il ne verrait jamais le jour, ni professionnellement, ni sous la forme d’une publication amateure. Raison invoquée ? Des problèmes liés aux lois américaines sur le copyright, qui auraient conduit la tristement célèbre Tékumel Foundation à refuser.
Sauf que si ma mémoire est bonne, c’est ladite Foundation qui détient les droits sur les écrits du professeur Barker.
Évidemment, on n’aura jamais le fin mot de l’histoire. Mais j’ai quand même la désagréable impression qu’une fois encore, au lieu de chercher à promouvoir Tékumel (soit l’un des buts pour lesquels elle a été fondée), la Tékumel Foundation fait tout pour le maintenir sous l’éteignoir.

Ce contenu a été publié dans JdR, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Ils ont bon dos, les copyrights

  1. Alex dit :

    Bonjour. Je suis une des personnes responsable de ce projet de fans. Voici pour info quelques détails en plus, en français et nulle part ailleurs.

    En plus de leurs histoires de droit d’auteur à l’Américaine (un peu fumeuses), les autres excuses pour ne rien faire étaient:

    – « si on vous laisse sortir ça gratos, les gens ne vont plus acheter nos livres », ce qui fait sens, puisque leurs peu de livres sont de piètre qualité,
    – « le créateur du monde ne voulait pas que son monde soit décrit dans de gros livres, car cela ferait peur aux gens intéressés », ce qui est exactement l’opposé de ce qu’il faut faire, bien sur, car tout le monde sait que ce sont justement les livres (les gros, les beaux) qui se vendent – les auteurs établis le disent, et les études le montrent. Le rêve aurait d’ailleurs été de sortir notre livre, après encore plus de travail, en trois volumes illustrés (1x histoire + 2x ethnographie).

    Même si nous ne vous faisions vraiment aucune illusion quant au sort de notre projet, avec cette histoire de « pas de gros livre s’il vous plaît, ça risquerait de couler Tekumel », on voit bien que (1) ces gens ne sont pas sérieux, et (2) que s’en est fini depuis longtemps pour cet univers : rien d’intéressant ne va/peut sortir, à part des vieilleries et des scans de vieilleries, un jour peut-être.

    Il faut aussi garder en tête que cette organisation n’a pas de campagne-maison en court pour faire vivre le monde, comme c’est le cas avec Glorantha à Chaosium. De plus, dans leurs rares interventions publiques, ses membres ne parlent du monde que tel qu’il était il y a 40 ou 30 ans, sans avoir appris non plus à en discuter de manière intéressante : pas d’indications sur ces légions gigantesques qui se déchirent l’empire le plus puissant du monde, ou sur la possibilité de voyager dans le temps, l’espace, et les dimensions grâce à des machines ou des drogues, ou sur ces histoires de techno-sorcières pouvant forcer l’incarnation d’armes divines dans le corps d’humains, ou sur ce désert des sables duquel émergent des kilomètres de nefs spatiales détruites, ou de cette ville construite à la confluence du multivers, etc. Non, à les entendre, cet univers est invariablement un monde dense et complexe, de sociétés socialement et politiquement statiques, le tout créé par un linguiste, etc. Bref, en terme de description d’univers, difficile de faire plus rébarbatif.

    J’ai mon idée sur la raison pour laquelle ces personnes cherchent à tout prix à conserver les droits du monde sans en faire quoique ce soit, mais ce ne sont finalement que des théories de comptoir de bar pour rôlistes frustrés. Alors je vais les garder pour moi.

    • Imaginos dit :

      Merci pour toutes ces précisions, c’est super intéressant ! :-)
      Et ça ne fait que me conforter encore un peu plus dans l’idée que la Foundation fait tout pour enfermer Tékumel dans un caveau, le rendre inaccessible à d’éventuels nouveaux joueurs ou lecteurs. Même les vieilleries qu’ils pourraient ressortir ne ressortent toujours pas (j’attendais qu’ils rééditent les romans, il m’en manque deux), ils ont retiré les droits à Tita’s House of Games donc plus aucun moyen de trouver facilement ou de réimprimer les bouquins existants.
      Quant à trouver d’autres moyens d’aborder le cadre de Tékumel, autrement qu’en se faisant étouffer par la lourdeur de la société tsolyánie, effectivement, c’est même pas la peine d’y penser. Donc pour l’ouverture, on repassera. Et pourtant, je pense moi aussi que ça serait intéressant de permettre aux joueurs d’aller voir ailleurs.
      Je ne sais pas quelles sont tes théories de comptoir de bar (mais je comprends que tu n’aies pas forcément envie de les étaler), mais pour ma part je ne comprends absolument pas pourquoi ils font ça. C’est tout bonnement aberrant. :-(

      Bon, et sinon, y aurait pas moyen de récupérer discrètement le texte de l’Expanded Sourcebook, sans rien dire à la Foundation ? ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *