Orange, ô désespoir…

The drumpf appears to be some bizarre amalgamation of creatures, part vulture and part elephant and some other unsavory parts.
Once per turn the drumpf can babble without saying anything. This vocal babbling will sound like what the hearer wants to believe the drumpf is saying, if they fail a save. This can engender affection, dismay, or even outrage depending on the disposition of the listener.
Once per day the drumpf can hypnotize a victim that fails a save. They will fight for the drumpf for 2d6 rounds, even against their own friends and interests.

Thomas Denmark, Beasties II

Je l’évoquais hier : toute ressemblance avec l’obèse homonyme en fin de mandat à la tête de ce qui est peut-être encore la première puissance mondiale ne me semble pas si fortuite que ça.
M’demande même si la partie éléphantesque ne serait pas une allusion à l’emblème du GOP

Ce contenu a été publié dans Façon de parler, JdR, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.