Kro en résumé : Thousand Suns

Thousand Suns
Rulebook
Imperial Science Fiction

James Maliszewski
Grognardia Games
© 2008-2011 James Maliszewski
275 pages

JdR de space opera

Thousand Suns est un JdR de space opera sans univers vraiment défini, qui cherche à émuler la littérature de space opera, classique comme moderne, que l’auteur appelle imperial SF : un space op’ dans lequel on trouve un grand État interstellaire humain, qui malgré ce nom n’est pas forcément un empire.
Le système de jeu, qui constitue l’essentiel du bouquin et que je n’ai une fois encore fait que survoler, n’utilise que des D12. On lance 2D12 et il faut faire inférieur ou égal au score correspondant (éventuellement assorti de modificateurs).
Il y a des facultés psioniques.
Outre les règles, on a entre autres droit à un gros catalogue de matos (avec peu de robots), un générateur de scénarios utilisant un principe proche de celui du giannirateur (avec une phrase à compléter par cinq éléments tirés dans des tables), un générateur de mondes, un autre d’ET, un système de commerce interstellaire, les très très grandes lignes d’un contexte à personnaliser (pour vous dire à quel point ça reste vague, on ne nous précise même pas la nature de l’État interstellaire humain…), et l’ébauche de présentation d’une zone d’une soixantaine de systèmes stellaires (mais seule une poignée d’entre-eux ont droit à quelques lignes ; pour les autres on n’a que leur nom et leur position sur la carte spatiale, même pas la queue d’un équivalent des UWP de Traveller).
La durée des déplacements interstellaires se mesure en semaines. Ils se font via un espace particulier, le D-space, auquel on ne peut accéder que par des jump points bien précis dans un système stellaire, qui mènent eux-mêmes vers des systèmes bien précis eux aussi : les itinéraires hyperspatiaux ne sont donc pas « libres ».
En conclusion, c’est une bonne grosse boîte à outils. Avec une gamme développée derrière (il existe une poignée de suppléments, que je ne me suis pas procurés), ç’aurait pu être intéressant ; mais en son absence, au XXIème siècle, après un monument comme Traveller, une boîte à outils aussi riche que GURPS Space et ses suppléments, et des concurrents sérieux sur le même créneau, ça peine à présenter un réel intérêt, à part peut-être pour les inconditionnels du D12, et bien sûr les collectionneurs. Ou alors pour ceux qui n’ont pas la chance d’avoir déjà tout ce dont ils ont besoin en la matière, et qui pourraient s’en servir pour motoriser leur propre contexte d’imperial SF.

Ce contenu a été publié dans JdR, Kros, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Kro en résumé : Thousand Suns

  1. Phersu dit :

    Pour l’instant, la seule originalité de l’univers de Thousand Suns me semblait être l’utilisation de l’Esperanto. :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.