Kro en résumé : Resident Alien

série télé en dix épisodes de 45 mn chacun environ, vaguement inspirée de la série BD éponyme, avec Alan Tudyk dans le rôle-titre
(2021)

J’ai déjà eu l’occasion de vous dire à quelques reprises à quel point j’appréciais la BD Resident Alien. Donc quand j’ai appris qu’elle allait être adaptée en série télé, je ne pouvais qu’être intéressé. Et donc, je me la suis regardé.
Du départ, j’ai eu du mal à accrocher : certes, il y avait dans l’épisode pilote des trucs vraiment à mon goût (dont la scène où Harry pêche sur sa barque, très similaire à la case correspondante du premier volume) ; mais il y avait surtout beaucoup, BEAUCOUP de différences, et pour la plupart pas à mon goût. Je vous la fais en vrac, et en en oubliant certainement pas mal :
– la ville de Patience, cadre de l’action, a été déplacée de la côte ouest vers le Colorado ;
– Harry n’a pas le même caractère que dans la BD (il tue froidement, dès son arrivée sur la Terre, il n’aime pas les humains (il venait chez nous pour déposer un appareil censé annihiler notre espèce, et il a toujours l’intention de mener à bien sa mission)), et contrairement à la BD il est absolument dépourvu d’empathie et (au moins au début) absolument incapable de se fondre dans la société humaine (il commet donc toutes sortes de maladresses plus ou moins graves socialement parlant, censées être plus ou moins amusantes pour le spectateur, mais choquantes quand on compare ça à son talent d’immersion dans la BD) ;
– contrairement à ce qui se passe dans la BD, Harry a pris l’identité d’un individu réel (ou plus précisément, l’ET a pris l’identité d’Harry Vanderspeigle, après l’avoir tué ; il a remodelé son apparence pour lui ressembler point par point) ;
– Harry n’est pas compétent du tout en médecine (au moins à la base ; il se forme en faisant une recherche internet avant chaque patient) ;
– les personnages secondaires n’ont rien à voir avec ceux de la BD.
À partir de l’épisode 5 ou 6, les choses commencent à devenir un peu plus intéressantes. Des militaires américains sont sur la piste d’Harry et ils se rapprochent dangereusement (pour lui). Mais à ce moment là, on est désormais très loin de l’intrigue de la BD.
Donc en gros, la série repose sur le fait qu’un extra-terrestre naufragé sur Terre, au contact des humains et de leur société, devient de plus en plus humain ; sur ses difficultés d’intégration au sein de la société humaine (l’aspect comique) ; et sur le contraste entre cette évolution et le fait qu’il ait pour objectif de détruire l’humanité (pour des raisons environnementales, ce qui, vu ce que nous avons fait de notre planète, est farpaitement compréhensible) et de repartir vers sa planète.
À partir du moment où ça a très nettement divergé de l’histoire des BD (au moins des cinq premiers tomes, vu que le sixième et dernier n’est pas encore paru), et donc qu’on ne regarde plus ça comme une adaptation des BD mais comme une série indépendante, c’est nettement plus regardable. Mais l’ensemble reste moyen, c’est très loin de valoir les BD, et je ne sais pas si je ferai l’effort de chercher à regarder la prochaine season.

Ce contenu a été publié dans J'ai pas la télé, Kros, SF, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.