Laelith perd le nord

Décidément, il semble que les Laelithiens aient de gros problèmes d’orientation.
On se souvient de la fameuse Porte de l’Immense solitude septentrionale, qui s’ouvrait au sud de la Cité Sainte. Je l’avais pour ma part rebaptisée Porte de l’Immense solitude, tout court, avant que la nouvelle édition ne justifie ce nom par une erreur (chèrement payée) de l’architecte.
Mais cette nouvelle édition, justement, continue à souffrir de problèmes de points cardinaux : on y rencontre ainsi un gardien de la sublime porte d’occident, qui garde « une unique et imposante porte de bronze orientée en direction du lac d’Altalith » (Laelith, marge de la page 71). En direction du lac d’Altalith, c’est-à-dire de l’est… Je suppose que la prochaine édition nous apprendra qu’un autre architecte (à moins qu’il ne s’agisse du même ?) a été dûment châtié pour son erreur…
Et puis il y a, dans la campagne L’Ultime Châtiment, cette prison dont « la cellule la plus au nord a été reconvertie en réserve » (p 14, lieu n° 20). Sauf que si le plan correspondant n’est pas orienté, la présence dessus de l’Inlam, le fleuve qui coule au fond de la Faille coupant la ville en deux selon un axe est-ouest, indique que les cellules en question sont alignées le long d’un mur nord. Il est possible qu’il y en ait une qui soit un poil plus au nord que les autres, le mur n’étant sans doute pas rigoureusement est-ouest ; mais il aurait été plus pratique de nous parler de la cellule la plus à l’ouest (celle située vers le haut de la page, direction souvent adoptée par le nord pour les plans), ou la plus à l’est…
Il y a vraiment de quoi perdre la boussole !

Ce contenu a été publié dans JdR, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.