On n’est pas sortis de l’hospice

Reçu ce matin en vue d’un éventuel recrutement l’année prochaine une jeune femme bossant actuellement dans mon ancienne équipe mais dont il n’est pas certain que le contrat soit renouvelé.
Dans la discussion, elle m’apprend qu’elle est infirmière de formation, sortant d’un congé parental. De deux trois trucs qu’elle me dit, je déduis qu’elle est en phase de reconversion professionnelle (ce que je peux aisément comprendre, étant moi-même passé par là il y a quelques décennies) et que la crise sanitaire actuelle a contribué à cette décision (ce que je peux aisément comprendre, voyant à quel point le système de santé du pays, sursollicité, est en train de s’effondrer, et qu’il n’est donc pas confortable d’y travailler).
Sauf qu’un peu plus tard, échangeant avec l’un de mes subordonnés, le sujet de la covid arrive sur la table, et là, elle nous explique qu’elle refuse de se faire vacciner, avant de sortir une série d’arguments faux sur le vaccin, la mortalité due à la maladie, le taux de contamination et autres. Malheureusement, si je suis le sujet d’un œil intéressé, je n’ai pas en tête des connaissances suffisamment précises pour pouvoir contrer ses salades. Et puis de toutes façons, je doute que j’aurais réussi à la faire changer d’avis.
Si j’avais été en position de faire la fine bouche sur mes recrutements à venir, je l’aurais probablement quand même contrée. Mais là, ça me paraissait une mauvaise idée. N’empêche que de voir qu’une professionnelle de santé censée avoir un certain bagage scientifique était capable de gober de tels bobards m’a encore plus fait perdre le peu de foi en l’humanité qui pouvait peut-être me rester bien caché tout au fond.
On est mal barrés…

Ce contenu a été publié dans On n'a pas des métiers faciles, Qu'est ce qu'on va devenir ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à On n’est pas sortis de l’hospice

  1. FaenyX dit :

    Il y a des trous dans la coque du bateau, je confirme. Je bosse dans l’industrie pharma (allez-y, balancez les bûches, je suis habitué) et certains de mes collègues ont traîné des quatre fers pour se faire vacciner. Et je ne compte pas les cas de port du masque sur le mode « n’importe quoi ».
    Remercions-les pour les prochaines vagues à venir.

  2. Asmodeus dit :

    Je bosse à l’hôpital mais pas dans le domaine des soignants (dans l’informatique). Je pense que tous mes collègues se sont fait vacciner comme un seul homme (et y’en a qui en sont à leur troisième dose). Des retours sur les soignants ne voulant pas se faire vacciner, je dirais que c’est comme le Dahu, on en a entendu parler mais on en a pas vu. Les statistiques montrent que sur un CHU comptant 16000 employés moins de 200 personnes ne voulaient pas se faire vacciner. Par contre dans les profession paramédical (homeopathe, naturopathe, osteopathe,…..) la proportion de personnes ne voulant pas se faire vacciner pour des raisons qui leurs sont propres (bidons) est énorme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.