L’heure des bilans (1) : 2021 en JdR

J’espérais avoir le temps de préparer mes bilans annuels avant la fin décembre, la vie réelle en a décidé autrement… Penchons nous donc tout d’abord sur ce qu’a été 2021 sur le plan rôludique.

Commençons classiquement par les décès notables. En 2021, j’ai relevé ceux de six auteurs (dont David F. Nalle, Richard Halliwell, Steve Perrin et Terry K. Amthor) et d’une grosse poignée d’illustrateurs (dont Rowena, Blair Reynolds et Chris Achilleos).

Côté parutions intéressantes, l’année a été extrêmement productive. En comptant les produits © 2020 mais parus en 2021, j’ai dû me procurer 139 pièces (papier et *.pdf cumulés, et non compris les dés spéciaux) pour ma ludothèque, non compris les trucs parus en *.pdf en 2020 mais sortis en dur seulement en 2021 (et non compris les trucs parus en *.pdf en 2021 mais dont j’attends la version papier pour me les procurer). Je crois que c’est, et de loin, le record de ces dernières années.
Évidemment, le total vous paraîtra moins impressionnant quand vous saurez que Laelith correspond à elle seule à 23 de ces pièces, par exemple ; mais quand même : ça a été une bonne année, on ne peut pas dire le contraire.
Un aspect marquant de ce décompte est qu’il n’y a quasiment pas de *.pdf dedans : juste 23 machins pour GURPS (dont le tout dernier que je n’ai pas encore lu) et un pour Twilight: 2000. Tout le reste est en dur (mais j’ai raté la sortie de cinq *.pdf travelleriens de l’éditeur March Harrier Publishing, que je compte me procurer dans les semaines qui viennent, et il y a ptêt quelques autres bricoles au même format dans lesquelles j’investirai ultérieurement, et d’autres dont j’attends la sortie papier, dont la nouvelle édition de Clement Sector).
Outre Laelith, les deux gros pôles de cette fournée 2021 sont GURPS (31 pièces, en comptant Delvers to Grow pour Dungeon Fantasy (6 pièces) et deux suppléments revised pour GURPS Prime Directive) et Traveller (22 sorties pour Rikki-Tikki-Traveller chez Mongoose).
Les plus gros plafonnent ensuite à six pièces : Cepheus Engine (quatre trucs pour Hostile et Rider (la version western de Cepheus Engine) et son supplément), Warhammer et The Troubleshooters (mais comme pour Laelith, c’est un financement participatif qui se décompose en six éléments).
Le reste se partage entre quelques suppléments pour les autres gammes actives du moment (Alien, Conan, Cyberpunk, DCC, The Expanse, RuneQuest, Star Trek Adventures ; on notera l’absence de la moindre sortie intéressante pour Call of Cthulhu), vingt nouveaux jeux (au nombre desquels Altered Carbon, Aquablue, Dark Crystal, le nouveau Dune, la nouvelle édition de Twilight: 2000, et j’en passe) et une poignée de bricoles (dont un supplément pour MEGA 5, mais encore une fois rien chez FGU).

J’ai évidemment fait l’impasse sur pas mal de trucs, ma collectionnite ayant quand même des limites : rééditions ou *.pdf de vieilleries (quoique sur ce plan, ça a l’air de se calmer : je n’ai pas noté grand-chose cette année, une nouvelle édition d’Everway, une version en impression à la demande de Pendragon 5.2, et des fac-similés (je présume, je ne me les suis pas procurés) de Starfaring et The Arduin Trilogy).
A dû aussi y avoir pas mal de traductions en français (peut-être plus ou moins approximatif), mais c’est quelque chose que j’évite soigneusement depuis la fin du siècle dernier, donc je n’ai pas suivi non plus.

Sur le front des zines (je ne suis plus depuis longtemps aucun magazine pro), on a eu cette année les quatre numéros du Frontier Explorer (une valeur sûre) et six numéros du Cepheus Journal. Des Freelance Traveller aussi, mais je ne les ai pas comptés.

Au rayon littérature sur le JdR, Jon Peterson a sorti un nouveau bouquin, Game Wizards.

Je ne tiens pas un suivi précis des financements participatifs dignes d’intérêt (je pourrais reprendre les archives du blog, mais ça voudrait dire se palucher 430 billets dans la catégorie JdR et j’ai la flemme). Je peux cependant vous dire que parmi ceux qui ont été lancés en 2021, il y en a encore onze auxquels j’ai participé et dont j’attends toujours de recevoir les produits (au moins en dur, mais y a que ça qui fait foi pour moi). Celui pour la réédition des cinq cerisiers a fait un bide remarquable (à tel point que je n’y avais même pas participé), mais les auteurs devraient revenir avec on l’espère une vraie campagne de communication dessus.

Dans le reste de l’actualité, une nouvelle édition d’AD&D (sans A) a été annoncée pour 2024.
Et c’est sur cette annonce inattendue que je conclurai mon bilan rôludique de l’année 2021.

Ce contenu a été publié dans JdR, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.