Sixième point sur le Brexit

Parmi mes fournisseurs britanniques habituels d’avant Brexit, il en restait un auprès de qui je n’avais plus passé commande depuis début 2021 : The Shop on the Borderlands.
J’ai fini par faire un essai il y a quelques jours, et le bilan a été très mauvais :
– pour commencer, la livraison n’était plus assurée par la Poste, mais par un transporteur privé. Je craignais donc de devoir me taper une heure de route aller-retour pour aller récupérer le paquet au dépôt, mais il a finalement été laissé au nouveau point-relais (situé à côté du bureau de poste…). Le livreur n’avait pas indiqué à partir de quand il y serait disponible, et de toutes façons j’ai découvert l’avis de passage peu avant 19 heures, donc je n’ai pas jugé utile de me précipiter là-bas, même si le commerce ne fermait probablement pas avant 19h30, et j’ai attendu le lendemain pour y passer en sortant du boulot.
– mais le problème, c’est qu’arrivé sur place, j’ai appris que je devais m’acquitter de taxes (auxquelles je m’attendais) d’un montant à peu de choses près égal au quart de ma facture initiale (port, qui a nettement augmenté puisqu’il est passé de mémoire à 15 £, compris). Et pour couronner le tout, le néanmoins sympathique commerçant n’avait jamais été confronté à ce genre de situation et ne savait pas comment il devait encaisser la somme : il a donc appelé le transporteur pour avoir des explications (je suppose que si j’étais passé la veille au soir tard, en supposant que le colis y ait déjà été déposé, j’aurais été bon pour repasser le lendemain, pasqu’à cette heure tardive il n’aurait eu personne au téléfon).
– et cerise sur le gâteau, le paquet était grand ouvert aux deux extrémités (mais fort heureusement, rien n’y manquait).
Bref, tout ça m’incite à éviter de renouveler l’expérience pour l’instant, sauf s’ils avaient à vendre une vieillerie introuvable que je cherche absolument… L’année dernière, ils avaient évoqué l’idée de trouver un moyen pour éviter aux clients européens de payer autant de frais de douane, mais ils n’avaient pas alors de solution rentable pour eux. J’espère que ça va s’améliorer bientôt…

Ce contenu a été publié dans Ma vie est un drame. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.