Qu’on ait vingt ans, qu’on soit grand-père…

Lisant ce matin au boulot un article d’une revue professionnelle sur les résultats des confrères candidats aux législatives, je remarque dans la liste un nom qui me disait vaguement quelque chose, candidat (éliminé) pour Debout la fiente, le parti de nicolas dufion-saignant (ou pour un quelconque autre groupuscule d’extrême-droite qui lui était associé pour ce scrutin). Après vérification, il était dans la promo au-dessus de la mienne. Mais si son nom me disait quelque chose, pas moyen en revanche de me souvenir plus précisément de qui il était (j’ai une excuse, ça fait plus de trente ans).
En rentrant à la maison ce soir, j’ai donc ressorti l’annuaire des élèves de l’époque, et en voyant sa photo, je me suis aussitôt souvenu que je l’avais déjà à l’époque catalogué dans la catégorie connards, sans toutefois que je me souvienne des raisons de cette affectation.
Comme quoi, je ne m’étais pas trompé.

Ce contenu a été publié dans Les cons, ça ose tout, On n'a pas des métiers faciles, Références cryptiques, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.