Où sont passés les camarades

J’ai bien fait de ne pas aller voter hier : la sortante de la bande du président s’est fait largement devancer par le candidat de la même bande mais sous un autre nom et avec deux lettres de moins, donc mon vote, qu’il ait été nul ou contre elle, n’aurait servi à rien.
Par contre, voir que dans une circonscription voisine où j’ai voté pendant près de 25 ans, traditionnellement fortement ancrée à gauche, le candidat facho a devancé son adversaire de gauche de quelques dizaines de voix, ça fait mal au ventre.
Et ce constat est hélas vrai.

Ce contenu a été publié dans Les cons, ça ose tout, Monde de merde, Qu'est ce qu'on va devenir ?, Références cryptiques, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.