Quand il n’y en a qu’un, ça va ; c’est quand il y en a plusieurs que ça pose des problèmes

Entendu au boulot, au sujet d’un ouvrier de l’usine :

« Ah mais lui c’est pas un Arabe, c’est un Marocain. Ils sont moins chiants. »

Indépendamment du fait qu’un Marocain n’est pas plus arabe qu’un Algérien ou un Tunisien, je n’ai hélas pas eu le réflexe de demander à la personne ayant proféré ce propos si, conformément à la classification ethnique employée par un ancien sinistre de l’intérieur (dont j’ai probablement déformé la phrase dans mon titre), ce n’est pas « un Arabe » certes, mais est ce pour autant « un Auvergnat » ?

Ce contenu a été publié dans Les cons, ça ose tout, On n'a pas des métiers faciles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *