Whitman came across the sea, he brought us pain and misery

Et donc, pour étayer l’affirmation précédente, ces deux extraits du même ouvrage, qui prouvent que rien n’a changé depuis vingt ans et que Ken Whitman a de plus en plus d’expérience en matière de plans foireux, d’excuses bidon, et de prendre les consommateurs pour des pigeons :

A three-month gap before the first supplement wasn’t terrible, but Imperium’s continued posting of inaccurate schedules (and Whitman’s defenses on them on the internet) had made things appear worse.

More recently [Ken Whitman]’s created Rapid POD (2005-2007) and Sidekick Printing (2010-Present), controversial print companies that raised complaints concerning missed deadlines and poor quality products.

Je vous rappelle au passage que Shannon Appelcline, l’auteur de Designers & Dragons (et donc, des constatations ci-dessus), consacrait encore un paragraphe entier aux méfaits de Whitman dans son bilan rôludique 2015

Ce contenu a été publié dans JdR, Références cryptiques, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Whitman came across the sea, he brought us pain and misery

  1. 賈尼 dit :

    Y a encore des pigeons qui achètent des trucs à Whitman ???

    • Imaginos dit :

      La preuve…
      Je ne crois pas que ses antécédents soient particulièrement connus. En tous cas, pour moi, jusqu’à l’année dernière, c’était juste un des types qui avaient contribué à la gamme T4.
      J’aurais très bien pu me faire avoir par ses trois arnaques récentes ; heureusement pour moi, je me suis abstenu pour chacune d’elles. Mais c’est pas passé loin. :-|

    • Rappar dit :

      Attention il a changé son nom pour Whit Whitman! ;) et il propose de faire des films promotionnels, genre courts pour le Web. Mais il est assez grillé côté kickstarters ludiques…

  2. Vaken dit :

    Mention spéciale pour le titre du billet ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *