Kro en résumé : Golden Age Adventures

Golden Age Adventures
Tod Foley
As If Productions 2016 (mais c’est pas marqué dessus)
pas d’ISBN sur le bouquin
363 pages

Adaptation à DayTrippers de seize nouvelles de SF de l’Âge d’Or des pulps (1930 / 1959) (avec les nouvelles elles-mêmes)goldenageadventuresL’adaptation précède systématiquement la nouvelle ; j’aurais préféré le contraire. Certains des auteurs m’étaient totalement inconnus auparavant. Bien sûr, ces nouvelles sont plus ou moins datées.

L’intro contient quelques généralités, parmi lesquelles une nouvelle règle affranchissant de la limite de vingt-quatre heures les daytrips entre des endroits situés dans notre propre univers : conséquence : on peut donc jouer de longs scénarios sur des planètes lointaines.

En fait de scénarios… on est bien loin de la structure en quatre actes présentée dans le Gamemasters Guide. À chaque fois on a droit à une brève présentation du contexte, à trois idées de départ, et aux éléments d’adaptation présentés à peu près indépendamment les uns des autres (le monde, les lieux du scénar, les créatures, les PNJ, les évènements éventuels, les objets importants), à un vague organigramme des relations entre tout ça, et puis démerdez vous. En fait, c’est un bon vieux bac à sable. Pas que ça me dérange, surtout qu’on a bien tous les éléments pour tirer un scénario de la nouvelle ; mais je m’attendais à une présentation différente et plus chiadée, plus structurée, plus organisée. Là c’est du scénar en kit, à charge au MJ de le monter lui-même. Pour moi c’est suffisant, mais faut être disposé à improviser pour lier tout ça (ou à fournir un gros travail d’adaptation) : c’est pas destiné au MJ débutant, ni à celui qui veut du prêt à jouer.

Les seize nouvelles adaptées sont :

A Martian Odyssey (L’odyssée martienne), de Stanley Weinbaum, nouvelle célèbre pour avoir été la première à mettre en scène un ET vraiment « différent » et qui ne soit pas là pour servir de chair à canon. Comme elle décrit un long voyage à pied sur Mars, son adaptation donne un long voyage à pied sur une planète inexplorée : exotique, mais pas d’intrigue développée.

Accidental Death, de Peter Bailey. La nouvelle est plaisante et plutôt amusante, l’adaptation peut donner un truc intéressant mais je ne m’en servirais pas dans n’importe quel cadre.

Bolden’s Pets (La bête de Bolden), de Floyd L. Wallace : la nouvelle est sympa, l’adaptation potentiellement intéressante.

Contamination Crew, d’Alan E. Nourse : là encore, une nouvelle sympa sur un thème biologique (même si c’est ptêt plus humoristique que réellement cohérent), et une adaptation potentiellement intéressante.

Devil Crystals of Arret, de Hal K. Wells : la nouvelle a assez mal vieilli (j’ai du mal à notre époque avec ces héros qui partent les armes à la main et le menton en avant secourir leurs fiancées sans défense), du coup j’ai trouvé l’adaptation très moyenne (mais donc, c’est la faute du matériel adapté).

Devil’s Asteroid, de Manly Wade Wellman : j’ai bien aimé, mais ça ne pourra pas se recycler dans un cadre de SF moderne et cohérent. Ça collerait par contre pour de la SF victorienne interplanétaire à la Space 1889 / Space 1890.

Duel on Syrtis (Duel sur la Syrte), de Poul Anderson : j’ai bien aimé la nouvelle, et là encore ça se recyclerait bien vers de la SF genre Space 1889 / Space 1890.

Loot of the Void, d’Edwin K. Sloat : encore une nouvelle avec un héros chevaleresque qui se jette au secours d’une jeune femme sans défense qu’il ne connait même pas, donc encore un truc que j’ai trouvé très moyen.

Sjambak (traduite sous le même titre), de Jack Vance : ce n’est pas du grand Vance, mais l’adaptation est comme toujours bien faite.

Temple Trouble, de H. Beam Piper : la nouvelle a pour cadre une Terre parallèle à l’âge du fer, et je l’ai bien aimée. Par contre, ça m’étonnerait que beaucoup de groupes de joueurs soient capables de monter une opération aussi chiadée et efficace que les personnages du récit…

The Gun (Le canon), de Philip K. Dick : une nouvelle de Dick pas fumée du tout, donc farpaitement lisible ! Mais ça reste relativement classique.

The Planet of Dread, de R. F. Starzl : un voyage sur une planète inexplorée. La nouvelle est
bien moins bonne que celle de Weinbaum, mais l’adaptation peut s’avérer presque aussi intéressante.

The Repairman (Le phare des lézards), de Harry Harrison : nouvelle pas mal, mais l’adaptation laisse un peu à désirer. Si le transfert ne facilitait pas tant les choses, ça pourrait faire un petit scénar sympa pour MEGA.

The World Behind the Moon, de Paul Ernst : encore une exploration de planète inexplorée. Là encore, la nouvelle est moins bonne que celle de Weinbaum.

Warrior Race (Une race de guerriers), de Robert Sheckley : une nouvelle amusante, qui ne pourra être adaptée que vers un cadre humoristique pour fonctionner.

Where the World is Quiet, de C. H. Liddell (alias Henry Kuttner) : j’ai pas aimé la nouvelle, plus fantastique que SF au sens où je conçois les choses ; et j’ai pas aimé l’adaptation. En plus, la mission confiée au(x) perso(s) ne peut pas être réussie, ça n’aide pas à me faire accrocher.

Je présume que les nouvelles sont toutes disponibles gratuitement en ligne, puisqu’elles sont censées être libres de droits ; du coup, ça ne vaut pas le coup de voir ce bouquin comme un recueil de nouvelles de SF. Et comme recueil de scénarios, il est quand même très hétérogène ; trop pour que je puisse vraiment vous le conseiller, mais si ça vous intéresse, vous pouvez y aller, c’est de la bonne qualité.

Ce contenu a été publié dans JdR, Kros, SF, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *