À l’indigène

Tout à l’heure en rentrant de ma pause déjeuner, j’ai fait une remarque à la benjamine de l’équipe, en présence de la doyenne.

Et cette dernière de commenter ma dernière phrase, pourtant pour moi des plus banales :
« C’est bien une expression de chez nous, ça. »

J’aime cette sensation d’être de retour au pays. Certes, ça fait plusieurs mois déjà, mais je ne m’en lasse pas.

Ce contenu a été publié dans Elle est pas belle, la vie ?, On n'a pas des métiers faciles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.