Look Into the Future

À force de bricolages informatiques, nous avons fini par retrouver au boulot un accès à nos messageries professionnelles, via une interface web plus ou moins merdique : Outplouc Web Access.

Du coup, j’imagine que les 70 euros à payer par poste pour pouvoir consulter sa messagerie depuis chez soi, dont notre informaticien m’avait parlé il y a dix jours, c’est le prix de la licence du logiciel…

Bien qu’on nous ait expliqué d’utiliser Internet Exploseur pour consulter nos messageries par ce système, j’ai comme prévu fait ma forte tête et suis passé par Firefox. Et j’ai pu constater que, malgré le matraquage des gens de chez Microchiottes qui prétendent que seul leur navigateur peut gérer le machin, ça fonctionnait correctement ; ce dont je suis fort aise.

Il n’en reste pas moins que c’est moins pratique que le vieux système que nous utilisions auparavant.
Je me demande combien de temps il faudra à nos décideurs pour s’en rendre compte, l’admettre, et décider de revenir à quelque chose de plus efficace. Si jamais ça arrive un jour.

Ce contenu a été publié dans On n'a pas des métiers faciles, Références cryptiques, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Look Into the Future

  1. Vaken dit :

    Ouais, le web access d’Exchange, c’est de la m… (quel que soit le navigateur utilisé).

    Le meilleur moyen, c’est d’utiliser un système de « VPN » (usage abusif du terme, mais communément employé dans ce contexte), pour être à la maison comme au bureau.

    Et probablement que ça ne changera jamais, sans vouloir te faire peur. Parce que, pour ceux qui décident, M$, c’est la norme (même s’ils se sont assis sur toutes celles existantes pour pondre leur truc), le standard, le truc que tout le monde utilise. Et tout le monde ne peut pas avoir tort, n’est-ce pas ? :-/

    Je me suis battu ici contre les mêmes conneries. En vain…

    • Imaginos dit :

      Je pense que c’est ce genre de choses qu’on avait jusqu’à présent.
      Pour le reste, ma foi, si les grosses légumes estiment que c’est en payant bien cher microchiottes pour un service bien inférieur (mais plus joli, visuellement, c’est sûr) qu’on fait avancer les choses, tant pis, je m’en remettrai. On verra comment se gèrera une crise éventuelle (genre vraie épidémie nécessitant un recours massif au télétravail), quand ils se rendront compte alors (peut-être) qu’ils sont coincés…
      Mais de toutes façons, je présume que eux ne touchent jamais leur messagerie eux-mêmes. Quand je vois que notre directrice fait envoyer par sa secrétaire des msg à son nom (ça fait vraiment un drôle d’effet et je trouve ça pas très correct, quelque part…), je me dis qu’aux plus hauts niveaux, ça doit être encore pire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.